60 Propositions pour le Congo

Imaginez un instant le Congo que nous voulons. Nous, jeunes ! Imaginez.

On nous dit souvent que les jeunes se plaignent trop, comme si on avait d’autres choix. Et si on faisait des propositions faciles à mettre en pratique ? Partons du principe que si une seule proposition, pouvait-être adoptée, ce serait un grand pas.

Le principe a été le suivant : les jeunes sont invités à énumérer ce qu’ils veulent soit voir changer, soit voir créer ou exister, dans un domaine particulier. L’objectif de cette campagne a été de regrouper toutes les propositions dans un article.

Des idées les plus funs, aux idées beaucoup plus sérieuses. Confidence : les choses sérieuses m’ennuient. Chacun devait dire ce qu’il souhaite, pour dessiner ensemble le visage du Congo qu’on veut voir. Ces différentes propositions sont ce que les jeunes pensent. Ce qu’ils souhaitent. Ce qu’ils espèrent. Une jeunesse qui parle est une orientation qui est donnée.

Deborah: « Produire de l’électricité grâce aux déchets ». Concrètement comment ça fonctionne ? « Construire une centrale où l’on brûlera les déchets pour générer de l’électricité. Après collecte, les déchets seront amenés dans un incinérateur (une espèce de fosse gigantesque où l’on brûlera les déchets à près de 1000 degrés si nécessaires). La chaleur dégagée par la combustion sera captée et acheminée vers un grand bassin contenant de l’eau et couvert relié à des turbines. Grace à cette chaleur, l’eau pourra s’évaporer et faire tourner les turbines ».

C’est pour vous donnez une idée. Même moi je n’y comprends pas grand chose. Clairement, c’est une affaire de spécialiste. Mais que sais-je ! Par contre, Deborah nous dira si cette façon de produire de l’électricité pollue moins l’atmosphère. Parce que quand je lis « … brûler les déchets ». Oula !

Vous devez savoir que produire l’électricité à travers les déchets, c’est améliorer la gestion des déchets dans la vie en évitant les tas d’immondices, outre l’alimentation des foyers en électricité et la création de l’emploi dans le secteur. Ça donne des idées si vous souhaitez entreprendre dans l’énergie.

Marie : « On peut rendre les villes plus vertes en
plantant plus d’arbre, et renforcer sur la propreté ». Entre-nous, vous savez pourquoi Brazzaville est dénommée « Brazza la verte ? » C’est parce que les taxis sont verts. Hahahaha ! Mais plus sérieusement, Brazzaville offre de très beaux paysages verts, vu du ciel. Et si nous voulons protéger ces paysages, comme personne ne parle d’arbres aujourd’hui, sauf à l’occasion de la journée mondiale de l’arbre. Il se passe quoi déjà ? Revenons à nos moutons, donc pour Marie, sur les trottoirs après chaque carré de béton, on plante un arbre. Surtout, sur les voies qui sont encore en construction. Au moins, une personne qui pense à la protection l’environnement.

Suivaaaaaaaannnnnnt !

Gloire : « Changer le programme scolaire. Au niveau de l’enseignement, il faut une modification du programme scolaire, intégrer l’histoire globale de la République du Congo et des peuples constituants cette République. On parle un peu des Royaumes qui ont jonché le sud du pays, mais pour le Nord, rien ! »

Parenthèse : si vous voulez en savoir plus sur l’histoire des peuples du Congo avant l’indépendance, restez connectés. Les 13, 14 et 15 Août 2020, une rubrique spéciale pour vous réconcilier avec l’histoire. Je ne dévoile pas tout ! C’est pourquoi, c’est important de vous abonnez à mon blog. Je dis ça, je ne dis rien. Selon Gloire, on doit réformer les programmes scolaires «… dans le but de créer un imaginaire congolais collectif à tous et cela pourra faire taire les divisions ethniques que les politiques utilisent pour nous mettre en arrière ».

Pour Alain : « la chose essentielle qui doit radicalement changer, c’est un accroissement significatif du nombre de femmes leaders dans les strates décisionnelles ou à responsabilités tant dans les structures politiques que socio-économiques ». Holà ! Merci de porter la cause des femmes en 2020, Alain !

Exaucée pense ceci : « Il faut améliorer l’éducation et surtout les conditions des enseignants et des élèves. Deja qu’en ville les classes sont surchargées. Dans les villages ils en ont pas. Amélioration = recrutement des enseignants + construction des écoles et achat du matériel didactique ». Ne dit-on pas que l’éducation est la clé d’une nation ? Dans la pratique, voilà ce que ça donne. Pour reprendre la formule de l’Unicef : Pour chaque enfant, le droit d’étudier dans de bonnes conditions.

Mick : « La création d’un musée de la musique congolaise qui aura un espace “bisso na bisso”, espace où les visiteurs pourront découvrir et déguster les trésors conservés par cette association ». Honnêtement je n’ai pas encore entendu parlé de cette association. Je serai ravie de découvrir cet espace.

Émeraude : « Une alternance démocratique. Une gestion politique sans corruption et sans concussion. Le bannissement du tribalisme systémique.

Les gens qui parlent de politique au Congo, je vous regarde comme ça (emoji). Rires. Émeraude pense aussi à la mise en place d’une : « politique d’abord sociale (sécurité sociale, indice de développement humain pour qu’on puisse se nourrir avec plus d’un dollar par jour, de l’emploi, un système éducatif rigoureux, des hôpitaux qui sauvent des vies, des salaires à la hauteur du pouvoir d’achat du Congolais lambda, l’eau, le courant et Internet pour tous).

Une police éduquée. C’est l’essentiel. Émeraude, son problème c’est qu’il est un intellectuel. Et nous, on aime pas les intellectuels.

Marilyn : « Éclairage public + pavés sur toutes les ruelles. Plus de coupures intempestives d’électricité. Eau pour tous. Oups ! Je rêvais à haute voix ». Je pleure ! Pourtant elle demande le minimum. Mais on a l’impression que c’est trop demandé. On veut l’eau et le courant, déjà pour commencer.

May : « Développer l’industrie pharmaceutique. La plus grande dépense en matière de santé ce sont les médicaments ». Si vous voulez savoir, l’industrie pharmaceutique c’est un peu le processus de recherche, développement, fabrique et vente des médicaments, que ceux ci soient à visées préventive ou curative. Il faut donc plus d’orientation des jeunes en sciences et ensuite les inciter les jeunes à la recherche.

Dites-vous , seulement 3% de la production mondiale de médicaments est issue du continent africain. (Source : Les dépêches de Brazzaville). Je ne sais pas si les efforts sont faits dans ce sens, ce qui est sûr, ce n’est pas en 2021 qu’on parlera d’industrie pharmaceutique au Congo. Mais on peut commencer à développer le secteur, maintenant !

Estia : « J’aimerai qu’il y ait une loi qui définit et punit le harcèlement, une loi qui définit et punit les violences envers les personnes LGBTI, une loi qui autorise et encadre l’avortement. J’aimerai également qu’il y ait des maisons de corrections et que les psychologues et les éducateurs soient toujours associés à la réinsertion sociale des personnes vulnérables ». Estia est psychologue, féministe et humanitaire dans l’âme. Je vous épargne mon discours sur elle.

Pour Reiche, les priorités devraient être : « une conscience patriotique, une plus grande production locale, et une autoconsommation ». N’est-ce pas qu’avant de crier « consommons local », il faudrait d’abord qu’on produise ? Sinon, qu’allons-nous consommer, le pétrole ?

Pamphile : « Juste un vrai parc avec des loisirs et des animaux qu’il faut ». Je suis morte de rire. Pamphile, c’est vraiment une aventurière dans l’âme. Est-ce qu’elle a votre temps ? Vos délires de projets d’avenir, elle n’est même pas dedans.

Axel, lui seul, a émis pleins d’idées. Rires. Je vous laisse découvrir : « Mis à jour des programmes actuels et mettre plus en avant l’histoire de notre pays et de l’Afrique. L’emploi de l’anglais dans notre système éducatif depuis la classe de Ce2. La création d’une matière nommée femme et société dès le collège. (Les questions de genres, certainement). La création des écoles de seconde chance. (Les écoles de seconde chance sont des centres de formation pour encourager les carrières en dehors du système LMD). La mixité de l’écol militaire Général Leclerck. (Yes, on veut bien ça !) Un service sociale obligatoire de 1 an à tout les licenciés dans les recoins du pays pour l’alphabétisation des peuples. (Rires. Pas mal celle-là. Même si ça va énerver plus d’un. Vous voulez des expériences professionnelles ou pas ? Et puis ça peut vraiment être bénéfique pour les populations à l’intérieur du pays). La Construction d’une ville universitaire. (Est-ce que c’est possible avant que je termine mes études, s’il vous plaît ?) Établir la perte de citoyenneté à tous congolais ayant effectué plus de 7 ans hors du territoire. (Quoi ? On est grave pas ensemble). La création du ministère de la Diaspora, Banque congolaise de la Diaspora et un siège à l’assemblée pour la diaspora. Exiger un diplôme pour être un responsable religieux. (Ouiiiiiiiiiii, diplôme d’études supérieures). Création des hubs agricoles dans chaque département. (Vous parlez trop de développement agricole gnangnan, maintenant il faut agir). Militariser tous les hôpitaux publics pour une période de 5 ans. (J’ai ri, c’est quoi le projet ?) »

Eyebana : « Faire côter toutes les sociétés d’Etat en bourse, où elles sont obligées de publier leurs résultats trimestriels et annuels. 1/4 de leur capital au public, 1/4 à un partenaire technique qui aura la direction et l’état le conseil d’administration. Expliquer la bourse avant ». Continuons toujours d’espérer.

Personnellement, ma proposition est que « l’administration de l’université soit informatisée et que les étudiants aient la possibilité de déclarer tous les documents universitaires en ligne ».

Nous continuons notre travail de regroupement d’idées. Je n’ai aucune idée sur la suite, mais vous pouvez toujours mentionnez les vôtres en commentaire.

Imaginez toutes nos propositions prises en comptent. Pour le bien de tous. Imaginez ! Et soudain, l’irruption du cyclone. Revenons à la réalité.

Bonne fête de l’indépendance, en avance ! 🎉

Benja Merline

J'étudie le droit international. Je suis éclectique et très éclatée. Je vomis ici mes opinions, à cœur ouvert. C'est un vrai Méli-mélo.

11 réflexions sur « 60 Propositions pour le Congo »

  1. Simplement bravo … Très bon travail de rédaction et surtout un travail concis dans la collecte des idées …
    Et quelle volonté … Un travail de fond … Bravo …

  2. Je propose la création des centres culturelles dans chaque département, pour la promotion de notre culture.

  3. Ma proposition est la suivante :remédier à la corruption qui infecte notre société car elle est la cause principale de l’injustice sociale et le facteur primordial du déséquilibre économique, je propose aussi qu’il y’ait des jeux d’attractions pour les enfants dans toutes les places publiques (jardins publics).

  4. Égalité des chances ( pour l’obtention de la bourse,que ceux qui le méritent l’obtienne, pour le travail on doit arrêter le tribalisme )
    Réhabiliter les hôpitaux et les équiper
    Que chaque département du Congo corrige ses examens ,brevet comme bac.
    Les histoires de tout envoyer à Brazzaville là on doit arrêter ça

  5. J’ ai vraiment été busté para les commentaires de tout un chacun surtout mon frère Axel qui a tout dit et prouve une fois de plus qu’il n’ apprend pas seulement de la medecine mais de tout.Je solliciterai que ces propositions soient publiées un partout afin pour l’ edification.

Laisser un commentaire

Revenir en haut de page
%d blogueurs aiment cette page :