Et si tu me disais toute la vérité ?

Hello ! Mboté !

Cet article je l’ai écrit avec la contribution de Max, lequel on a longuement échangé sur le sujet.

Je voulais tant me faire comprendre à moi-même pourquoi le livre de Thérèse m’avait autant marqué, alors qu’elle prend en compte des réalités purement occidentales.

Quand on parle de liberté sexuelle, les gens pensent que c’est seulement en Occident. Mais ici donc ? (Je ne connais mieux que les réalités du Congo). Plus on ne fait rien, plus ça devient la norme. Il y a des filles qui se font violer et qui ne savent même pas que c’est du viol. Oui je parle de la pseudo liberté.

La vérité dont je fais référence au titre, ce sont nos assentiments, nos réalités, les faits qui se sont plus ou moins présentés à nous. Avec Max nos discussions sont souvent encadrées par deux valeurs : la sincérité et la franchise. On sait bien qu’on ne se juge pas.

Pour ma part, je me suis prononcée en tant que fille, avec les réalités que nous connaissons plus ou moins, et Max pour les garçons, rires.

Dis-moi tout !

Ce que je pense :

Les filles ne sont pas préparées et aussi souvent exposées aux prédateurs. Les garçons en sont parfois victimes aussi, mais la plupart du temps, ils décident de quand entretenir des relations sexuelles, contrairement aux filles. On accède dans le monde de la sexualité dans la foulée. Personne pour nous protéger.

Les garçons ça met la pression comme pas possible. Et les filles ne savent pas dire non surtout quand elles atteignent un point qu’elles considèrent de non retour, bouffer l’argent du gars, se retrouver avec le gars dans la même pièce, profiter de ses services. C’est aussi le cas des relations où l’écart d’âge est trop grand. On se sent intimider, on a peur de la personne ou alors on a peur de passer pour une petite fille pas courageuse.

Ce que Max pense :

Avec les garçons c’est un autre genre de pression sociale. Où on te pousse à avoir une vie sexuelle très active sinon tu es un poltron.

Personne n’en parle vraiment, mais c’est la façon dont la société le voit qui est le problème : une fille ne doit pas faire le premier pas, une fille ne doit avoir qu’un partenaire (sans pour autant encourager les relations à plusieurs partenaires), sinon c’est une traînée.

Un garçon doit-être courageux et aller vers les filles. Un garçon ne doit pas se contenter d’une seule fille, parce qu’on ne mange pas le même plat tous les jours. Il doit être assez habile pour cacher ses tromperies, plus il le fait, plus il est respecté par ses pairs.

Pourquoi c’est important d’éduquer

La liberté c’est être capable de choisir ce qu’il me semble juste, ce qu’il me semble bon. Lorsqu’on attend la confirmation de l’autre. On accepte tout, juste pour faire plaisir. Et on va très loin. Au final chacun a le choix de vivre sa sexualité comme il entend, et en étant libre.

admin

Laisser un commentaire

Revenir en haut de page
%d blogueurs aiment cette page :