Etre une fille, c’est jusqu’à quand ?

Hello ! Mboté !

Toutes les petites filles devraient un jour grandir, non ? Bref, on devrait tous grandir. Mais, quand sait-on exactement qu’on a grandi ?

Récemment quelqu’un m’a envoyé un appel à proposition qui concernait des associations créées par des jeunes filles de moins de 25 ans. Je n’avais pas le profil, et ça m’a énervée. D’abord, jusque-là je n’ai jamais dit que j’avais créé une association.

Mais en même temps, ça été un déclic. Désormais lorsque l’on parle des filles de moins de 25 ans, je ne suis donc plus concernée.

Il fallait que je m’asseye et que je me fixe sur la personne que je suis devenue aujourd’hui. J’aurai 25 ans en Avril, et forcément c’est une période assez complexe, et qui moi, me fait réaliser que j’ai grandi.

Nous sommes généralement animés par un désir constant de savoir quelle est exactement notre place dans la société. Je dis ça comme ça, hein. Rires. Ce désir il est constant, parce qu’il faut à chaque fois se rendre à l’évidence qui on est .A chaque stade correspond un certain nombre d’attributs, de privilèges et de devoirs. D’un point de vue personnel, pouvoir se définir par rapport à une case détermine notre attitude, et aussi nos actes.

C’est quoi être une femme ? Est-ce justement l’âge qui le détermine ou bien plus ?

Depuis un moment, naturellement je me considère comme une « jeune femme ». J’ai un peu honte maintenant du statut de jeune fille, femme me paraît trop lourde à porter surtout avec toutes les corvées qui vont avec. Jeune femme. Oui. Le juste milieu.

Cette détermination a été le fait de mon histoire personnelle. Il y a deux mois, ma vie était un peu comme un fleuve tranquille. Je devais avoir mon diplôme, j’avais un CDD, j’étais en couple. Bref. Mais cette transition de fille à femme s’est passée de façon assez brutale. Limite je ne l’ai pas réalisée.

Je suis consciente que la sexualité joue beaucoup. La menstruation, le développement des seins, l’apparition des poils pubiens, etc, tous ces passages font que d’une certaine façon on se sente femme.

En parlant de sexualité, quand on est fille, les tantes et les grandes cousines te rappellent que tu devrais d’abord avancer dans ton parcours scolaire ou universitaire avant de ramasser une grossesse. Rires. D’ailleurs je me suis toujours demandé s’il y existait un endroit où l’on ramasse des grossesses.

Maintenant on me dit souvent « Toi tu aimes trop l’école il faudrait penser déjà à faire des enfants, âge eko leka pamba ». A un certain âge lorsque tu es enceinte, personne ne se doute que ta contraception a peut-être faillie, que tu es peut-être surprise toi-même, que tu n’as peut-être pas désiré cette grossesse. Tu es grande maintenant, et c’est normal de faire des enfants.

Voilà, je crois que c’est ça qu’on comprend par émancipation de la femme. Rires.

Devenir femme, est-ce devenir adulte ?

Savoir exactement ce que l’on veut pour soi, ne détermine rien. Se fixer des objectifs à atteindre peut être un grand pas, mais qui a dit que les choses se passaient toujours comme on le prévoyait ?

On peut être dans un processus d’éternels recommencements. On peut décider de changer de parcours, de changer de carrière, c’est donc assez risqué de se baser sur ce qu’on veut accomplir. Par contre inversement ce qu’on a accompli peut nous aider à rester les pieds sur terre. Visiblement là c’est plus tard, lorsqu’on a un peu plus grandi. Lol.

Devrait-on attendre un âge afin de pouvoir se sentir ou être considéré comme une femme ?

Dans la société, cela ressort aussi de l’importance que l’on t’accorde, plus ou moins, et des rôles qu’on t’attribue ou que tu peux réaliser. Je me rappelle encore il y a 2 ans, les cotisations de famille, c’était facultatif pour moi. Si je pouvais, je contribuais. Encore, il ne s’agissait que de la famille proche. Aujourd’hui ma mère me demande de donner des contributions pour des gens que je ne connais même pas, c’est la famille. Je ne choisis plus, c’est obligatoire.

Récemment ma sœur s’est mariée et j’ai géré pas mal de choses qu’on ne m’aurait accordé il y a 2 ou 3 ans. J’étais à la logistique peu commode pour une femme, mais c’est le genre de challenge qui m’intéresse. On sait tous que dans les cérémonies familiales, les femmes, leur place c’est à la cuisine.

Je tiens à signaler que je n’étais pas à la cuisine, pas parce que je suis anticonformiste ou super émancipée, rires, je savais que je pouvais être plus utile à la logistique qu’à la cuisine.

J’ai choisi le pagne que toute la famille devrait porter. Mes tatas ont apprécié mon choix. Non pas parce que c’était joli seulement, mais parce qu’aujourd’hui je suis un peu plus légitime à faire le choix de tout le monde. Parce qu’entre nous, qui va accepter une petite fille faire des choix pour elle ? Je ne suis plus la jeune fille qui devrait se réserver de prendre le dessus sur certaines choses, je suis une femme, qui peut.

Alors pourquoi c’est important de se définir femme à une certaine étape de notre évolution personnelle ? Devient-on femme pour tel ou tel accomplissement, pour un mode de vie, ou parce qu’on a compris un certain nombre de choses ?

Je pense que c’est un processus. Un peu comme la puberté. On ne nous dit pas exactement quand on est une femme, d’aucunes se considèrent femme un peu plus tôt, d’autres, un peu plus tard. Et c’est relatif à l’histoire de chaque personne. Choisir que l’on est une femme, peut dépendre de nos aspirations, de nos ambitions.

J’aurai 25 ans en Avril, et je suis une femme.

admin

Laisser un commentaire

Revenir en haut de page
%d blogueurs aiment cette page :