Mood !

Hello ! Mboté !

Ces dernières années se sont passées très vite, mon Dieu ! Moi qui croyais qu’à 25 ans j’aurais réalisé un certain nombre de choses. Enfin, je ne sais pas trop.

Une chose est sûre, j’avais pas mal d’attentes, comme tout le monde d’ailleurs. J’en ai bien ma claque là ! Anyway, aujourd’hui j’ai 25 ans, et je veux partager avec vous ma vision des choses qui probablement évoluerait dans les prochaines heures. Ces opinions sont largement subjectives et ont un lien avec mes expériences récentes.

Être en vie est une grâce inestimable

Imaginez un instant ne plus être en vie, ou ne pas exister tout simplement. Je ne sais pas ce que vous ressentez, mais moi j’ai peur, très peur.

Au début de ce mois, deux de mes amis sont décédés, à l’intervalle d’une journée. Deux. Ça a été très bouleversant. J’ai été très proche de chacun d’eux à une certaine époque de ma vie. Au lycée, et à l’université. La relation avec l’une, me rappelait celle avec l’autre. Je n’avais pas pris de leurs nouvelles  depuis un moment, et cela me culpabilisait, naturellement. J’aurais dû prendre des nouvelles, me suis-je dit. Et tout ceci est bien normal.

Chaque fois que la mort frappe un de nos proches, c’est pénible. Lorsqu’un jeune meurt, c’est toujours une tragédie. Ces évènements dramatiques ont eu la particularité de me rappeler que non je n’ai pas toute la vie devant moi.

J’ai peur pour toutes ces expériences qui me restent à vivre, j’ai peur pour tous ces projets que je souhaiterai réaliser. Bon même si j’ai zéro projet. J’ai peur parce que je veux vivre encore tant de choses, ressentir plein d’émotion, choisir de partir, revenir. Bref. Je veux ressentir la vie.

Sortir de sa zone de confort 

Ces slogans de self love, blabla ne sont pas toujours anodins. Ils peuvent avoir du sens selon notre compréhension, et selon notre contexte. Sortir de sa zone de confort, ce n’est pas toujours tout lâché pour aller à la rencontre de sa destinée. C’est aussi s’adapter. Les choses peuvent changer, quand on s’y attend le moins, l’essentiel c’est de s’y adapter et de continue à avancer.

Les changements peuvent être positifs ou négatifs. Vous savez à quel point les changements peuvent être difficiles à vivre lorsqu’ils sont négatifs. Sortir de sa zone de confort, c’est accueillir ses échecs, ses blessures, et les accepter comme faisant partie de son parcours.

Éternels recommencements

La vie peut parfois être un véritable casse-tête. Tu établis tes plans au calme, elle te regarde comme ça (smiley), rires.

Passer sa vie à penser comment  les choses devraient être, c’est une perte de temps de trop. La vie ce n’est pas tellement ce que nous pensons, elle est ce qu’elle est. On s’y adapte. Point. Si j’avais une voiture cela me faciliterait vachement la vie. La réalité c’est que je n’en ai pas et je me contente de préparer mon budget de transport, c’est tout. Une voiture ne tombe pas du ciel. Je cesse de penser aux choses que j’aurais pu avoir que je n’ai pas, que j’aurais pu faire alors que je n’en ai pas les moyens. Je me contente de ce que j’ai, de ce je peux, et je me plais dans ça.

J’ai fait 3 ans en Master. Dans ma tête il y avait beaucoup de « Si ». La voix dans ma tête (en fait elles sont plusieurs) m’a rappelé que la go il n’y a pas de si qui tienne, pense toi sur ce qui est.

Aucun fardeau ne mérite d’être porté trop longtemps

Alors si je vous dis que je passe très vite à autre chose, je mens. Quand quelque chose me fait mal, j’aime le fait de ressentir cette douleur. Mais depuis peu, j’essaie juste de ne pas trop sombrer.

En novembre j’ai passé un examen et je n’avais pas une très bonne moyenne, à mon avis, quoique pour mon professeur, ce n’était pas mal. Je n’ai pas débattu sur ma note, je lui ai demandé ce que je pouvais faire pour m’améliorer lors de la prochaine évaluation. Que je le veuille ou pas, j’avais cette note, les résultats ont été affichés. J’ai trouvé que je n’avais aucun droit de demander à mon professeur de repasser cet examen. C’était fait. Ce qui m’a intéressé c’était la prochaine étape. Que puis-je faire pour m’améliorer ?

Et depuis, c’est un peu de cette façon-là que je réfléchis : c’est quoi la prochaine étape ?

25 ans, c’est un peu mon mood, voilà quoi. Et comme je vous l’ai dit plus haut, ceci changerait peut-être dans les heures qui vont suivre.

Prenez soins de vous d’ici là, et restons à la maison ! Bises.

admin

2 réflexions sur « Mood ! »

Laisser un commentaire

Revenir en haut de page
%d blogueurs aiment cette page :