Otage docile !

Je ne veux pas me marier. Ou plutôt, je ne voulais pas me marier. Je n’en sais rien. Mais ça a été fait ! Et les choses sont ce qu’elles sont.

Ne va pas croire que je ne t’aime pas ou que je regrette de t’avoir eu ! Loin de là. Ce que je regrette, c’est m’être mariée. Ou plutôt croire en l’amour ? Ce qui est sûr, je pense m’être perdue quelque part entre mes sentiments et la raison. J’aurais voulu vivre assez longtemps pour voir cette jeune femme que tu serais devenue et être juste là ! Être cette petite voix effacée comme celle de la conscience.

Je commencerais par te faire mes excuses pour ces propos que je vais tenir… J’aurais voulu ne pas t’avoir ! J’aurais voulu ne pas me sentir mal en le disant. Pour la simple raison que la société penserait que je suis un monstre, une mauvaise femme, plus encore une mauvaise mère … J’aurais juste voulu vivre. Profiter de la vie, être bien dans ma peau.

Les gens se mettent ensemble parfois pour de mauvaises raisons. Certains cherchent une certaine stabilité. D’autres une vie de famille qu’eux même n’ont pas eu étant enfants. D’autres encore à cause de la pression de la société. On le dit assez fort : «Lokoumou ya mwasi NDE LOPETE NA MOSAPI ». N’entend rien de tout ça !

Je n’aimerais pas que tu tombes sur ses hommes avec un excès de confiance en soi, pour ne pas dire complexe de supériorité. Cet esprit machiste qui se cache derrière la notion de « la soumission ». Tout commence par des choses anodines qui te feront faire ses quatre volontés au nom de l’amour.
     
Comme une prédateur, une fois que sa proie est à sa merci, il plante ses crocs. Allant de la déconsidération au viol, la liste est longue.

Nos mères cherchant à protéger à tout prix leurs enfants, refusent de lâcher prise, ont finalement été brisées. Des personnes mortes à l’intérieur. De vrais légumes vivants, ne sachant même plus ce qui est bien pour elles ; tellement toutes leurs vies ont tourné autour de la vénération de «  l’homme ».

Remettre à plus tard son bien être ? Plus tard le café devient froid, plus tard n’existe pas, plus tard c’est renoncer à soi.

Ce « huis clos conjugal » exige beaucoup. C’est un « haut-lieu de violences ». Après tout, il s’agit de disputes conjugales entre deux individus égaux, n’est-ce pas ? Le lit conjugal s’avère être le haut-lieu des viols a répétition. Le viol est un acte ignoble qui brise la personne au plus profond de son être, jusqu’à briser son âme.

Novices, tous deux ne métrisant pas notre sexualité. Un autre sujet que je te parlerais une autre fois. Je disais cet acte est devenue très vite pour moi, une corvée qu’autre chose et sans que je ne m’en rende compte j’ai commencé à simuler les maladies et tout un tas de chose pour éviter ces moments.

La semaine passée je simulais peut-être, mais aujourd’hui je suis réellement malade. Et lui ne veut rien savoir, tout ce qui l’intéresse c’est arriver à ses fins, ne voyant pas que moi je ne trouve pas mon compte et bien au contraire j’ai mal ! A chaque fois que je disais « non » lui me sortait la carte de la parole de Dieu : « … la femme n’a pas autorité sur son propre corps … » 1corinthiens 7 :4 – 5. Usant de sa force et de sa vigueur tout en jouissant, en contre partie mes larmes silencieuses comme seule témoin. Et personne n’en saura jamais rien même pas les enfants que nous portons après ces actes ignobles.

Je t’écris ces choses pas ne pour te décourager ou te dissuader, juste mettre des mots sur ce silence transformé en frustration au fils des années ou l’inverse. J’aimerais te dire tout ce que je ne t’ai pas dit de mon vivant. Pour te préparer, mais cela ne sera jamais assez, il te faudra, faire tes propres erreurs ; tomber, se relever, mais jamais ne tombe dans le sentier du silence !!!

Ou moi, mes mères avant moi, et plusieurs femmes a travers le monde, en Afrique encore plus, ont vécu et rejoint l’autre coté muettes.

Et si je ne voulais pas me marier ? Me voilà donc, otage docile d’un mariage choisi par défaut.

*Lokoumou ya mwasi nde lopete na mosapi : adage très populaire dans les deux Congo qui en français signifie littéralement, la vraie valeur d’une femme c’est lorsqu’elle est mariée.

Affectueusement, ya Liliane et Benja.

Benja Merline

J'étudie le droit international. Je suis éclectique et très éclatée. Je vomis ici mes opinions, à cœur ouvert. C'est un vrai Méli-mélo.

10 réflexions sur « Otage docile ! »

  1. Ça me rend triste, parceque beaucoup le vive et n’en sorte pas. J’ai moi-même dans mon entourage une personne qui est devenu un “légume” dans son mariage. Même si ce n’est pas pour un viole(quoi que je n’en sais rien), mais la condescendance, le manque de respect en privé comme en public, l’humiliation, tout ces éléments que certaines vivent dans le mariage et supportent sous prétexte qu’il ya les enfants et le regard de la société; ça doit stopper.
    MES DAMES BRISER LE SILENCE, et ça commence par se PRENDRE EN MAIN.

  2. C’est bien triste de constater que dans un pays comme le notre la femme reste esclave de cette culture,mais encore des parents qui n’ecoutent pas leur enfant (fille).je souhaite que les choses changent, je souhaite que la femme soit libre de dire merde, je souhaite que la femme Congolaise comprennent que le bonheur c’est bien plus qu’une bague au doigt.

  3. C’est bien triste de constater que dans un pays comme le notre la femme reste esclave de cette culture,mais encore des parents qui n’ecoutent pas leur enfant (fille).je souhaite que la femme Congolaise comprennent que le bonheur c’est bien plus qu’une bague au doigt,mais aussi qu’elle sache dire merde.
    C’est triste de constater que beaucoup vivent ce genre de choses et personne ne parle.

      1. C’est la triste réalité chérie que pouvons-nous faire ? semble t-il que c’est biblique, mais je pense que les hommes interprètes mal la bible pour leur propre intérêt et c’est devenu une habitude. Nous devons brisé le silence et lutter contre ce complexe de supériorité des hommes vis à vis des femmes.

Laisser un commentaire

Revenir en haut de page
%d blogueurs aiment cette page :